La gouvernance économique

Date de publication : Mardi 22 février 2011

La gouvernance économique est une notion qui a reçu ces dernières années de nombreuses contributions pour en comprendre le sens et les implications. Je n'ai pas l'intention d'en faire ici l'exégèse. Mais un commentaire reçu à la suite de mon billet sur la sortie éventuelle d'un pays d'une zone monétaire a posé qu'une des réticences à cet acte politique tient peut-être à une incapacité à gouverner, c'est-à-dire à nous auto-gouverner... Les pays auraient donc intérêt à rester dans une zone pour éviter d'additionnels détournements en agissant par exemple sur la planche à billets...
Faut-il le rappeler, la gouvernance recouvre trois aspects qui se conjuguent: un aspect politique (concernant les procédures selon lesquelles les dirigeants sont choisis, contrôlés et remplacés), un aspect économique (concernant la capacité du gouvernement à gérer efficacement ses ressources et à appliquer des politiques avisées), et un aspect institutionnel (concernant le respect des citoyens et de l'Etat envers les institutions qui gouvernent les interactions économiques et sociales nationales).
La gouvernance économique qui m'intéresse ici met en évidence l'impératif de veiller à l'efficacité et à l'efficience dans la gestion des finances publiques. Cette gouvernance interpelle au moins six variables déterminantes: (i) le système national d'information statistique (les données statistiques que l'on utilise dans la formulation de la décision publique doivent être aussi irréprochables que possible pour éviter des décisions fallacieuses, fausses et contreproductives), (ii) la qualité du processus budgétaire (la définition des objectifs à atteindre, la déclinaison de ces objectifs en stratégies et en plan d'actions, puis l'évaluation chiffrée aussi précise que possible des ces actions, que l'on additionne ensuite pour en dégager un agrégat de dépense qui commandera un budget pour lequel on a au préalable bien identifier les sources potentielles de recettes), (iii) la qualité de la gestion et du suivi des dépenses publiques (l'élaboration des comptes d'emplois périodiques et la vérification des éventuelles réalisations), (iv) la transparence et la responsabilité financière (le respect des procédures sans tomber dans le "procédurisme" qui est plus dévastateur que le respect de la règle), (v) la qualité du système de passation des marchés (pour lequel il est impératif que des allègements efficaces soient imaginés pour éviter de plomber à la fois l'efficacité et l'efficience qui étaient pourtant recherchées), et (vi) la qualité de la gouvernance privée (le climat des affaires en quête d'amélioration et la gouvernance des entreprises).
Ces six dimensions de la gouvernance économique souffrent à l'évidence d'insuffisances dans nos pays. Comme on peut le constater, elles interpellent le secteur public, mais aussi le secteur privé.
L'amélioration de la qualité totale dans les pays exigera toujours un accroissement de la qualité de gouvernance économique. Ce n'est donc pas seulement une question monétaire, c'est une question générale à laquelle nous ne pourrons échapper durablement. Quels que soient les défauts qu'on peut déceler ici et là, ou encore les imperfections notées dans tel ou tel aspect, le développement ne s'accommode pas de médiocrité. C'est la lutte contre cette dernière qui en crée les conditions... Ce constat est valable sans exception dans tous les pays du monde qui montent et/ou qui émergent.
Faisons de cette lutte nôtre combat.

commentaires des utilisateurs
Pr. TSAFACK-NANFOSSO
Vendredi 09 mars 2012 à 16:57:13

Merci et désolé ne ne vous répondre que maintenant. Je suis plus réactif sur infos@tsafack-nanfosso.com

Pourriez-vous préciser vore question?

RTN

hernita
Lundi 26 décembre 2011 à 10:35:20
prof si je peux j'aimerai savoir quel est le sens de responsabilité d' un enseignant? merci
Pr. TSAFACK-NANFOSSO
Dimanche 17 juillet 2011 à 13:25:44

Le respect de la règle est constructif et empreint de noblesse. Il s'agit de faire en sorte, une fois que de bonnes règles oné été acceptées par tous et établies, de les respecter et les faire respecter. Le "procédurisme" relève à mon sens de la dictature de la règle quand il y a des règles, ou de la dictature de l'attente de la règle quand elles n'existent pas ou pas encore. Je prends un exemple quelque peu décalé: une règle peut être acceptée par tous mais inapplicable. Ainsi la succession dévolue à un héritier masculin est inepte si on n'a que des filles (dictature de la règle). De même, une fois qu'on décède, rien de sert de savoir absolument qui est l'héritier avant de procéder à l'enterrement car cela peut parfois prendre des années (dictature de l'attente de la règle)... A bientot.

Ulrich
Lundi 13 juin 2011 à 11:26:44
Prof, merci pour votre disponibilité. j'ai reçu votre message. voici les précisions sur ma question. qu'est ce qui différencie le respect des procédures du "procédurisme"? qu'est ce qui fait que le procédurisme soit plus dévastateur que le respect de la règle?
Pr. TSAFACK-NANFOSSO
Dimanche 12 juin 2011 à 22:33:49

Merci de votre raction.
Puis-je vous demander de préciser votre question?

RTN

Ulrich
Dimanche 22 mai 2011 à 20:21:21
Prof, je viens de lire avec grande attention votre article sur La gouvernance économique. je retiens de votre interpellation les six variables qui détermine la pratique de la gouvernance économique. permettez-moi de vous présenter ma préoccupation qui est celle de savoir en quoi le procédurisme est--il plus dévastateur que le respect de la règle. merci pour votre disponibilité et que Dieu vous bénisse et vous garde. Ulrich TALLA
Ajouter un commentaire
 
   
 
   
 
   
    Nombre de mots restant : 500
   
     
Dernières Publications
Interview au Journal \"DIAPASON\", Hors Série, n° 014, Novembre 2012
Publié le : Dimanche 30 décembre 2012
Commenté 6 fois.
De la web-dévaluation du franc CFA
Publié le : Vendredi 25 novembre 2011
Commenté 8 fois.
L\'ICA: un nouvel indicateur de développement
Publié le : Mercredi 15 juin 2011
Commenté 10 fois.
Les intellectuels et la problématique du développement
Publié le : Vendredi 27 mai 2011
Commenté 0 fois.
Peut-on quitter la zone franc ?
Publié le : Samedi 29 janvier 2011
Commenté 8 fois.
Mesure pour mesure: sait-on vraiment mesurer le développement?
Publié le : Samedi 27 novembre 2010
Commenté 0 fois.
Bienvenue sur mon blog
Publié le : Mardi 26 janvier 2010
Commenté 4 fois.